Clinique du motoneurone

Mercredi 14 Nov 2018
Text
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Pourquoi l’équipe de Montpellier, à ce jour et en l’état ne prescrira-t-elle pas l’Edaravone

Print
There are no translations available.

L’Edaravone a fait l’objet de plusieurs études bien menées dans la SLA et toutes, sauf la plus récente, n’ont montré AUCUN effet dans la SLA.

 

L’analyse de sous-groupes de patients a suggéré que les malades ayant les critères suivants avaient peut être une réponse thérapeutique positive :

- Etre âgé de 20 à 75 ans

- Avoir une SLA au début avec très peu de handicap

- Capacité vitale forcée > 79 %

- SLA touchant au moins deux secteurs (parmi les 3 secteurs que sont l’atteinte bulbaire, les membres supérieurs, les membres inférieurs)

- Maladie évoluant depuis moins de 2 ans

- Perte de 1 à 4 points sur l’échelle de handicap (remplie par le neurologue) sur les 3 derniers mois

- Fonction rénale normale

Une étude sur 137 patients a été réalisée et publiée en mai 2017, sur des patients ayant tous ces critères et a annoncé des résultats positifs. L’étude évaluait l’effet du traitement sur 6 mois. L’effet positif décrit portait sur un ralentissement de l’aggravation de l’échelle ALSFRS.

Pourquoi l’équipe de Montpellier, à ce jour et en l’état ne prescrira-t-elle pas l’Edaravone à ses patients ?

Les raisons sont nombreuses, voici les principales :

L’efficacité de l’Edaravone n’est pas démontrée dans la SLA. Un médicament, sauf si il est curateur, ce qui n’est pas le cas ici, ne peut démontrer son efficacité que s’il confirme ses résultats sur deux études indépendantes. Depuis 2 ans, le laboratoire qui produit Edaravone refuse de faire une étude de plus grande envergure pour confirmer l’effet observé. Le groupe européen ENCALS a réitéré sa demande au laboratoire il y a peu.

L’effet sur le long terme est inconnu. La maladie n’évolue pas sur 6 mois mais sur plusieurs années. C’est pourquoi, les normes internationales demandent de réaliser une nouvelle étude sur une durée de 12 à 18 mois au moins et sur un plus grand nombre de patients.

L’innocuité de l’Edaravone dans la SLA n’est pas démontrée. Si sur 6 mois la tolérance semble bonne, l’effet sur le moyen terme n’a jamais été évalué. De plus, on ne peut pas affirmer que le médicament ne perdra pas de son effet au-delà de 6 mois.

Le médicament n’a eu AUCUN effet sur la survie des malades. C’est le principal critère étudié dans les essais sur la maladie. Un produit qui ralentit la maladie doit avoir un effet sur la survie, sinon les résultats peuvent être mis en doute.

La déontologie médicale demande aux médecins de ne prescrire que des médicaments dont l’effet a été démontré scientifiquement. Ce n’est pas le cas ici. Bien plus, le laboratoire, cyniquement, refuse de réaliser l’étude qui pourrait démontrer cet effet. Craint-il que justement cet effet sur un terme plus long ne puisse être démontré ?

Nous regrettons que la médiatisation importante, une fois de plus, empêche les choses de se dérouler de façon sereine. Cette médiatisation permet en fait au laboratoire de ne pas remplir ses obligations de démonstration de l’effet du médicament. Elle n’est donc peut-être pas anodine.

Nous regrettons également qu’une autorisation temporaire d’utilisation ait été donnée en France, créant ainsi une confusion dans l’esprit des patients et de leur famille.

Nous sommes engagés depuis plus de 30 ans dans la prise en charge des patients, dans la recherche de causes et d’un traitement. Nous savons la gravité de cette maladie, mais nous voulons demeurer respectueux des personnes en leur proposant des traitements dont l’effet est démontré.

Last Updated ( Thursday, 12 October 2017 12:43 )  

Latest News

 

Une actualité riche pour les essais thérapeutiques !

There are no translations available.Nous attendons deux résultats d’étude. BIOTINE, étude pilote faite à Montpellier, avec cette vitamine qui a montré un effet intéressant dans la sclérose en plaques et pourrait avoir une action neuroprotectrice. Les résultats devraient être connus avant fin septembre. TIRASEMTIV, étude de phase III, pour essayer de confirmer la phase II, avec ce médicament qui améliore la contractilité musculaire. Résultats attendus en décembre.

 

Congrès mondial sur la SLA, Boston, les traitements

There are no translations available.Du 8 au 10 décembre s’est tenu le 28ème congrès mondial sur la SLA organisé par la MNDA, à Boston .Aucun effet n’a été retrouvé lors des études avec le Tirasemtiv, l’Ibudilast, la Rasagiline. Pour quelques molécules, des analyses complémentaires sont nécessaires et en cours, c’est le cas du Levosimendam et de la Biotine.

 

Etude biotine

There are no translations available.L’équipe du centre SLA de Montpellier débute une étude pilote destinée à évaluer l’effet et la tolérance de la Biotine dans la SLA. 30 patients seront inclus. Le suivi est de 1 an, 6 mois en aveugle (2 patients traités pour 1 sous placebo) et 6 mois en ouvert (tous les patients prendront le médicament). Cette étude ne concerne que les patients suivis en centre SLA et qui ont eu une ou deux évaluations de leur état neurologique dans les 6 derniers mois dans leur centre. La biotine a montré un effet intéressant dans la Sclérose en Plaques en limitant l’évolution du handicap en particulier moteur et certains patients se sont améliorés. Cette vitamine permettant l’apport d’énergie aux neurones et autres cellules nerveuses, il est donc important de détermine son intérêt dans la SLA.