Clinique du motoneurone

Vendredi 17 Nov 2017
Text
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Une initiative de l'ARS et du ministère de la Santé

Imprimer

En 2003 puis 2004, deux circulaires vont définir le cahier des charges pour la création de 17 centres SLA en France. C'est une organisation unique pour la France et pour la SLA dans le monde.

Un budget est attribué aux centres selon le nombre de patients suivis, permettant au centre de Montpellier de compter à ce jour 15 professionnels, temps plein ou temps partiel, qui interviennent dans le cadre de la consultation multidisciplinaire.

 Les centres SLA ont plusieurs objectifs :

- la prise en charge rapide des patients SLA, pour un diagnostic précoce

- la prise en charge multisiciplinaire, optimisée, en liens étroits avec les soignants de proximité

- la formation des soignants

- la recherche

L'action des centres SLA est coordonnée par le centre de Paris et des procédures communes permettent de rendre les plus reproductibles possibles les modalités de prise en charge entre les centres.

Le Centre de Montpellier travaille sur la SLA depuis 1988. Chaque année environ 100 nouveaux patients sont pris en charge et près de 300 personnes sont suivies tous les 3 à 4 mois en moyenne.

Des formations ont été organisées pour les professionnels de santé dans et hors l'hôpital.

La recherche réalisée dans le cadre du centre SLA aborde plusieurs aspects :

- une banque d'ADN de patients présentant des formes familiales mais aussi des formes sporadiques, a été créée et est coordonnée par Montpellier, depuis 1996. Cette banque a permis des avancées importantes dans le cadre de la génétique, en collaboration avec tous les CHU, pour la collecte, et, pour l'identification des facteurs génétiques, avec des centres de génétique comme ceux de Montréal (Pr Guy Rouleau) et de Tours (Dr Corcia, Pr Andrès).

- l'épidémiologie de la SLA, recherchant les facteurs de risque à la maladie en étudiant des domaines comme l'hyperactivité, le rôle du cholestérol ou de l'alimentation

- l'étude clinique des différentes formes de la SLA, pour tenter de comprendre pourquoi certaines formes sont particulièrement lentes (plus de 10 ans) et d'autres si évolutives (moins de 6 mois)

 

Mis à jour ( Lundi, 11 Février 2013 10:52 )  

Les Nouvelles:

 

Une actualité riche pour les essais thérapeutiques !

Nous attendons deux résultats d’étude. BIOTINE, étude pilote faite à Montpellier, avec cette vitamine qui a montré un effet intéressant dans la sclérose en plaques et pourrait avoir une action neuroprotectrice. Les résultats devraient être connus avant fin septembre. TIRASEMTIV, étude de phase III, pour essayer de confirmer la phase II, avec ce médicament qui améliore la contractilité musculaire. Résultats attendus en décembre.

 

Pourquoi l’équipe de Montpellier, à ce jour et en l’état ne prescrira-t-elle pas l’Edaravone

L’Edaravone a fait l’objet de plusieurs études bien menées dans la SLA et toutes, sauf la plus récente, n’ont montré AUCUN effet dans la SLA.

 

Etude biotine

L’équipe du centre SLA de Montpellier débute une étude pilote destinée à évaluer l’effet et la tolérance de la Biotine dans la SLA. 30 patients seront inclus. Le suivi est de 1 an, 6 mois en aveugle (2 patients traités pour 1 sous placebo) et 6 mois en ouvert (tous les patients prendront le médicament). Cette étude ne concerne que les patients suivis en centre SLA et qui ont eu une ou deux évaluations de leur état neurologique dans les 6 derniers mois dans leur centre. La biotine a montré un effet intéressant dans la Sclérose en Plaques en limitant l’évolution du handicap en particulier moteur et certains patients se sont améliorés. Cette vitamine permettant l’apport d’énergie aux neurones et autres cellules nerveuses, il est donc important de détermine son intérêt dans la SLA.