Clinique du motoneurone

Jeudi 20 Jul 2017
Text
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Kinésithérapeute

La prise en charge par le kinésithérapeute

La Kinésithérapie  

    

   Dans la Sclérose Latérale Amyotrophique ou S.L.A., la kinésithérapie est basée sur l'entretien et le confort et non sur un gain de force musculaire. La stimulation électrique est formellement déconseillée.

La fréquence des séances sera rarement inférieure à 3 fois par semaine.

La durée de chaque séance sera d'au moins une demi-heure (J.O. du 04/10/2000). Elle s'adaptera à la fatigabilité du patient.

 

Mis à jour ( Mercredi, 19 Novembre 2014 10:37 )

Lire la suite...
 

Les Nouvelles:

 

Etude biotine

L’équipe du centre SLA de Montpellier débute une étude pilote destinée à évaluer l’effet et la tolérance de la Biotine dans la SLA. 30 patients seront inclus. Le suivi est de 1 an, 6 mois en aveugle (2 patients traités pour 1 sous placebo) et 6 mois en ouvert (tous les patients prendront le médicament). Cette étude ne concerne que les patients suivis en centre SLA et qui ont eu une ou deux évaluations de leur état neurologique dans les 6 derniers mois dans leur centre. La biotine a montré un effet intéressant dans la Sclérose en Plaques en limitant l’évolution du handicap en particulier moteur et certains patients se sont améliorés. Cette vitamine permettant l’apport d’énergie aux neurones et autres cellules nerveuses, il est donc important de détermine son intérêt dans la SLA.

 

Congrès mondial annuel sur la SLA, Dublin, décembre 2016.

Environnement et SLA La conférence inaugurale donnée par Vermeulen (Pays Bas), portait sur le rôle des facteurs environnementaux dans la SLA. Il a tout d’abord passé en revue la multitude de facteurs que l’on pense impliqués dans la maladie : pesticides, métaux lourds, champs magnétiques, toxines, benzène, formol, tabac, exercice physique, etc.

 

L’essai Tirasemtiv dans la SLA a débuté en France

Ce médicament améliore la contractilité des muscles. Une étude précédente a montré que le déclin de la capacité respiratoire était ralenti de près de 50 %. Cette étude a pour but de confirmer cela.