Clinique du motoneurone

Mercredi 14 Nov 2018
Text
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La nutrition

Imprimer

Au cours de l'évolution de la Sclérose Latérale Amyotrophique, la dénutrition est un problème fréquent. Dans les formes bulbaires, elle est souvent précoce et importante. Alors que dans les autres formes, elle apparait plus tardivement. Cette dénutrition est en général due aux troubles de déglutition mais elle est facilitée par l'augmentation du métabolisme du patient, secondaire à la maladie, augmentation dont les causes restent encore inexpliquées. Il est important de la combattre car c'est un facteur non seulement qui altère la qualité de vie mais aussi accélère la maladie.

 

  1. Les causes de la dénutrition : entrainant une baisse des apports journaliers
    • Troubles de la déglutition
    • Incapacité motrice des membres supérieurs
    • Troubles psychologiques
    • Anorexie
    • Syndrome dépressif
    • Insuffisance respiratoire
    • Troubles digestifs :
    • Constipation
    • Aérophagie
    • Perte du goût
  2. Evaluation de l'état nutritionnel : permettant d'adapter quantitativement et qualitativement les apports.
    • Le recueil des prises alimentaires :
      Il évalue les apports quotidiens da la façon la plus précise possible. Ainsi, le recours à l'entourage est souvent nécessaire lorsque le patient a des troubles de l'élocution, de l'écriture ou qu'il sur ou sous estime ses apports.
    • La pesée :
      La courbe de poids et la prise de poids toutes les semaines vont permettre d'estimer la perte de poids par rapport au poids habituel. Une variation entre 5 et 10% du poids de forme est un signe d'alerte.
    • L'I.M.C. :
      L'Indice de Masse Corporelle est le rapport poids (kg)/taille².
    • La durée des repas :
      Si le temps est supérieur à 45 minutes, il y a généralement limitation de l'apport énergétique et fatigabilité.
  3. Elle repose sur les éléments suivants :

  4. La prise en charge :
    Une bonne qualité de vie est un objectif majeur. De nombreuses mesures peuvent être mises en œuvre avant d'envisager la nutrition artificielle :
    • Adaptation du matériel au handicap
    • Couverts, chaises, tables...
    • Traitement de la constipation : Par apport suffisant de fibres et d'eau
    • Posture de déglutition : Tête penchée en avant (menton dans le cou) lors de la déglutition. Rappel d'une rééducation spécifique de la déglutition lors des séances d'orthophonie.
    • Utilisation de compléments alimentaires diététiques : Consistances diverses ("graisser" l'alimentation pour éviter les blocages, proscrire les aliments secs tel le blanc de poulet) et poudre épaississante
    • Traitement de l'hypersalivation : Les moyens sont divers : laroxyl ®, scopoderm ®, gouttes d'atropine®, toxine botulique®
    • Prise en charge ventilatoire : Les troubles respiratoires vont augmenter les dépenses énergétiques quotidiennes et vont ainsi majorer la perte de poids
  5. Suppléance :
  6. Lorsque les fausses routes sont importantes, la perte de poids rapide ou les repas trop longs, la nutrition artificielle est alors proposée : c'est gastrostomie. C'est un geste simple (Cf. chapitre spécifique sur le sujet dans notre site) et rapide.

    Si la pose de la gastrostomie est refusée par le patient ou contre indiquée médicalement (car des patients qui ont trop attendu ou qui ont de gros troubles respiratoires), on pourra alors envisager, soit une alimentation parentale par port-a-cath soit par PICC (cathéter central à insertion périphérique) .

    A chaque étape bien sûr, le patient donnera son accord ou non après information et discussion avec l'équipe. Il sera important que la famille soit partie prenante de ces discussions même si les décisions reviennent en premier lieu au patient.

Mis à jour ( Lundi, 11 Février 2013 11:10 )  

Les Nouvelles:

 

Une actualité riche pour les essais thérapeutiques !

Nous attendons deux résultats d’étude. BIOTINE, étude pilote faite à Montpellier, avec cette vitamine qui a montré un effet intéressant dans la sclérose en plaques et pourrait avoir une action neuroprotectrice. Les résultats devraient être connus avant fin septembre. TIRASEMTIV, étude de phase III, pour essayer de confirmer la phase II, avec ce médicament qui améliore la contractilité musculaire. Résultats attendus en décembre.

 

Congrès mondial sur la SLA, Boston, les traitements

Du 8 au 10 décembre s’est tenu le 28ème congrès mondial sur la SLA organisé par la MNDA, à Boston .Aucun effet n’a été retrouvé lors des études avec le Tirasemtiv, l’Ibudilast, la Rasagiline. Pour quelques molécules, des analyses complémentaires sont nécessaires et en cours, c’est le cas du Levosimendam et de la Biotine.

 

Etude biotine

L’équipe du centre SLA de Montpellier débute une étude pilote destinée à évaluer l’effet et la tolérance de la Biotine dans la SLA. 30 patients seront inclus. Le suivi est de 1 an, 6 mois en aveugle (2 patients traités pour 1 sous placebo) et 6 mois en ouvert (tous les patients prendront le médicament). Cette étude ne concerne que les patients suivis en centre SLA et qui ont eu une ou deux évaluations de leur état neurologique dans les 6 derniers mois dans leur centre. La biotine a montré un effet intéressant dans la Sclérose en Plaques en limitant l’évolution du handicap en particulier moteur et certains patients se sont améliorés. Cette vitamine permettant l’apport d’énergie aux neurones et autres cellules nerveuses, il est donc important de détermine son intérêt dans la SLA.